Mason Ji

À l’occasion de notre 50ᵉ anniversaire, nous sommes fiers de partager avec le monde entier le parcours de nos anciens élèves. Mason Ji est un ancien élève de la Interlake High School aux États-Unis, ayant obtenu un diplôme bilingue (anglais et chinois) de l’IB. Il a également obtenu un diplôme de premier cycle en affaires mondiales et sciences politiques à l’Université Yale ainsi qu’un diplôme de deuxième cycle en gouvernance mondiale et diplomatie à l’Université d’Oxford. Il a travaillé pour les Nations Unies en tant que représentant de la République des Seychelles, et a été ambassadeur des Américains d’origine asiatique et des îles du Pacifique dans le cadre d’une initiative lancée par la Maison-Blanche.

Mason Ji

Quel parcours avez-vous suivi pour arriver là où vous en êtes aujourd’hui ?

En 2013, quand j’avais 18 ans, j’ai commencé à travailler dans les grandes commissions de l’Assemblée générale des Nations Unies sur les questions du désarmement nucléaire, des droits de la personne et des changements climatiques (en particulier le financement). En tant que jeune diplomate, je cherchais à proposer de nouvelles perspectives et aussi à observer, comprendre et évaluer les approches existantes en matière de diplomatie et de gestion de crise. Mon expérience au sein des Nations Unies a été extraordinaire. J’ai eu la chance incroyable de me retrouver au cœur du processus de prise de décisions à l’échelle mondiale et d’avoir une influence positive, si petite soit-elle, dans la vie des gens à travers le monde.

« J’ai eu le grand privilège de contribuer à donner une voix à ceux qui n’en avaient pas auparavant. »

Par ailleurs, mon expérience aux Nations Unies a aussi éveillé en moi une passion pour la défense des personnes moins privilégiées. En 2015, j’ai été nommé ambassadeur auprès de la Maison-Blanche pour les Américains d’origine asiatique et des îles du Pacifique afin d’aider à répondre aux préoccupations des minorités défavorisées et d’encourager les jeunes issus des minorités à s’impliquer davantage dans le processus d’élaboration des politiques. J’ai eu le grand privilège de contribuer à donner une voix à ceux qui n’en avaient pas auparavant. Je suis arrivé là où j’en suis aujourd’hui dans ma carrière en saisissant chaque occasion qui se présente et en continuant à aller de l’avant même quand les obstacles me semblaient insurmontables. Ce sont des leçons que j’ai apprises de l’IB. Mon conseil : on n’est jamais trop jeune pour commencer à faire bouger les choses.

Qu’est-ce qui vous a poussé à préparer le diplôme du Baccalauréat International ?

J’ai d’abord décidé de préparer le diplôme de l’IB en raison du grand éventail de disciplines proposées par l’IB, car c’était important pour moi d’obtenir une éducation secondaire vaste et solide. Mais je savais surtout que le programme de l’IB enseignait une approche de résolution de problèmes rigoureuse et insistait sur le développement des compétences de rédaction et de communication. Tout ceci est essentiel si l’on veut réussir dans notre société mondiale en constante évolution. Je me suis rendu compte très tôt qu’il était crucial dans tous les domaines, qu’il s’agisse des STEM, des sciences humaines ou des sciences sociales, de posséder des compétences de rédaction et de communication. L’accent mis par l’IB sur ces compétences a beaucoup pesé dans mon choix de suivre ce programme.

Comment votre apprentissage au sein de l’IB a-t-il influencé votre apprentissage par la suite ?

Le programme de l’IB a changé ma vie. Je suis arrivé à Yale et je me suis rapidement rendu compte que je possédais déjà les compétences pour réussir dans tous les cours que je suivais, que ce soit un cours de géométrie fractale ou de philosophie. Je dois ma réussite aux compétences que j’ai acquises grâce au programme de l’IB. Elles m’ont permis de comprendre et de résoudre rapidement les problèmes rencontrés dans tous mes cours universitaires et au-delà. J’ai pu ensuite prendre mon éducation en main et voler de mes propres ailes.   

Quel enseignant de l’IB vous a le plus influencé ?

C’est mon enseignant de TdC, M. Daniel Becker, qui a été ma plus grande source d’inspiration. M. Becker était et demeure un enseignant charismatique, une personne qui a les pieds sur terre et qui se soucie de sa famille et de ses élèves. Il était toujours là pour nous. Aujourd’hui, comme à l’époque, je souhaite devenir comme lui, c’est-à-dire quelqu’un qui s’intéresse aux grandes questions tout en restant profondément lié aux préoccupations et aux émotions de ceux qui l’entourent. 

« Le cours de TdC a été le plus mémorable pour moi parce qu’il était si différent de tout ce que nous apprenions. »

Le cours de TdC a été le plus mémorable pour moi parce qu’il était si différent de tout ce que nous apprenions. J’y ai appris à renoncer à mes préconceptions, à m’interroger sur l’acquisition des connaissances et sur la façon dont se forme notre perception du monde. Pour la première fois, j’ai dû me dire de prendre du recul et de me concentrer sur la vision d’ensemble, plutôt que de me lancer dans l’apprentissage de tous les détails. Le fait d’envisager les choses dans leur ensemble, de repenser mes études et de m’interroger sur le bienfondé de mes présupposés a été une expérience vraiment spéciale. 

 

Rendez-vous sur notre site Web consacré au 50e anniversaire de l’IB pour découvrir notre histoire.