La réalité des établissements des Caraïbes au lendemain des ouragans Irma et Maria

James Nelligan, directeur de la Baldwin School à Porto Rico, a écrit sur la destruction et les épreuves qui ont frappé les établissements de la région après le passage des ouragans Irma et Maria en septembre.

Face au long chemin à parcourir pour tout reconstruire, la plus grande inquiétude de ce directeur d’école du monde de l’IB est que les enfants ne puissent pas poursuivre leur scolarité. « Au moment où j’écris ces lignes, 15 % des établissements ont peut-être rouvert leurs portes, faisant cours à une fraction seulement des centaines de milliers d’enfants en âge d’être scolarisés dans notre région. Les établissements privés de plus grande envergure, situés à San Juan, la métropole, qui disposent de ressources plus importantes, s’en sortent bien mieux que les établissements de plus petite envergure et la plupart ont repris les cours. Un petit nombre d’établissements publics commence tout juste à refaire surface. Si leur histoire fait l’objet d’articles positifs dans la presse, leur réalité est déchirante », s’est désolé M. Nelligan. 

Non seulement les dommages matériels et le temps de classe perdu sont préoccupants, mais la population est privée du soutien et du rôle thérapeutique de ces établissements.

« Les établissements scolaires représentent la sécurité et la routine dans la vie des enfants comme des adultes, surtout lorsqu’il est difficile de trouver des espaces sûrs et d’observer des habitudes quotidiennes », a expliqué le chef d’établissement.

La Baldwin School réunit des fonds avec l’Association caribéenne des établissements indépendants dans le but de soutenir les établissements publics les plus durement touchés par les ouragans. « Notre objectif est de fournir des subventions globales à des établissements publics et privés de Porto Rico et des Îles Vierges des États-Unis pour faciliter leurs efforts de récupération. Nous œuvrons pour que les enfants, tous les enfants, retournent à l’école le plus tôt possible. Forts de cette unité, nos établissements scolaires caribéens se relèvent. »

D’autres établissements agissent également. Par exemple, la Whitby School, dans le Connecticut, aux États-Unis, organise des collectes de fonds pour aider les habitants de Porto Rico affectés par le passage des ouragans en septembre. Les élèves de l’établissement ont planifié et organisé un événement de collecte de fonds baptisé « Harry Potter’s Hurricane Healers » [Les guérisseurs d’Harry Potter au service des victimes des ouragans] et ont ainsi réuni plus de 400 USD pour Teens 4PR, une plateforme à but non lucratif qui aide les jeunes à réunir des fonds pour l’aide à la reconstruction après le passage des ouragans à Porto Rico.

 

Lire l’article de James Nelligan dans son intégralité (en anglais uniquement) et en savoir plus sur les efforts de collecte de fonds de la Whitby School dans cet article (en anglais uniquement).