L’anglais langue seconde, une véritable chance

Pour Peter T. Howe, directeur de l’UWC Atlantic College, la diversité linguistique dans les établissements britanniques n’est pas un obstacle, mais une véritable chance.

L’UWC Atlantic College fut l’un des premiers établissements dans le monde à proposer un programme de l’IB. Chaque année, il instruit près de 360 élèves de plus de 90 nationalités différentes.

Actuellement, plus de 300 langues sont parlées dans les salles de classe britanniques et beaucoup se demandent comment les établissements pourront répondre équitablement aux besoins de tous les élèves. En réponse à cela, M. Howe a expliqué comment son établissement, dans lequel la majorité des élèves n’ont pas l’anglais pour langue maternelle, tire parti de cette diversité linguistique en « transformant les difficultés en possibilités qui profitent à tous les élèves ».

« Peu importe le fait que l’anglais soit la première, deuxième ou troisième langue de l’établissement, pourquoi ne pas encourager les élèves anglophones à apprendre la langue maternelle et la culture des autres élèves de leur classe ? »

Pour M. Howe, il est important d’adopter une approche inclusive et de ne pas étiqueter les élèves comme ayant des « besoins éducationnels supplémentaires », car cela peut avoir des effets nocifs sur leur estime de soi et leur développement. « Au lieu de s’arrêter sur nos premières, deuxièmes et troisièmes langues pour marquer nos différences, nous devrions tirer profit de nos compétences linguistiques pour unir nos salles de classe et nos communautés », a-t-il remarqué.

Découvrez les avantages d’apprendre dans deux langues dans ce billet et comment l’espoir peut favoriser l’apprentissage dans une classe d’anglais langue seconde dans ce billet (en anglais uniquement).

 

Lire l’article de Peter T. Howe dans son intégralité (en anglais uniquement)