Conférenciers principaux

Vous trouverez ci-dessous des informations concernant les conférenciers principaux invités cette année à la conférence mondiale de l’IB à La Haye. Toutes les séances plénières se dérouleront en anglais. Un service d’interprétation simultanée sera proposé en français et en espagnol.

Conférenciers principaux

 

Daniel Goleman (États-Unis)

Enseigner les systèmes compassionnels : nécessité et aspects scientifiques

Daniel Goldman

Session plénière d’ouverture, 26 octobre 2017

Présentation :
Grâce à l’apprentissage des systèmes, les élèves peuvent comprendre des concepts complexes comme l’économie, l’environnement et les organisations, et analyser de quelles manières ils peuvent les influencer. Une attitude compassionnelle se caractérise par une volonté supplémentaire d’influencer les systèmes de manière positive. Un exemple réussi de réflexion liée aux systèmes compassionnels montre l’application de cette perspective à l’environnement immédiat. Les salles de classe où l’apprentissage des systèmes et la sollicitude à l’égard des autres sont enseignés illustrent bien cette pédagogie. Enfin, de nouvelles recherches scientifiques révèlent que des exercices mentaux réguliers influencent la compassion.

Biographie du conférencier :

Psychologue et journaliste scientifique, Daniel Goleman est surtout connu pour son ouvrage L’intelligence émotionnelle, paru en 1995, qui est un best-seller international. Ce livre fait valoir la nécessité de développer les compétences émotionnelles et sociales des enfants en plus de leurs compétences scolaires. À cette fin, il a cofondé l’organisation Collaborative for Academic, Social and Emotional Learning, qui siégeait initialement au Yale Child Studies Center avant de s’installer dans les locaux de l’Université de l’Illinois. Dans un récent ouvrage, The Triple Focus: A New Approach to Education (MoreThanSound Publications) coécrit avec Peter Senge du MIT, il propose d’ajouter trois niveaux supplémentaires à l’apprentissage social et affectif : le développement des compétences d’attention et de contemplation, l’empathie et la compassion ainsi que l’apprentissage des systèmes. Dans son tout dernier livre, A Force for Good: The Dalai Lama’s Vision for Our World, il place une éducation qui met en avant la compassion au cœur des changements dont l’humanité a besoin pour faire face aux défis mondiaux qui se profilent à l’horizon.

 

Tony Wagner (États-Unis)

Créer des innovateurs : former les jeunes qui changeront le monde de demain

Tony Wagner

Session plénière du matin, 27 octobre 2017

Présentation :
De nos jours, l’information est omniprésente et disponible gratuitement, et des milliards d’individus ont accès à une éducation de base à travers le monde. Dans un tel contexte, seul un ensemble de compétences peut garantir l’avenir économique de cette génération : la capacité d’innover. Les compétences et les qualités en matière d’innovation sont tout aussi importantes pour former des citoyens actifs et avisés. Que doivent faire les parents, les enseignants, les mentors et les employeurs pour développer les capacités d’un nombre croissant de jeunes afin qu’ils deviennent les innovateurs qu’ils aspirent à être et dont nous avons besoin ? Que font les meilleurs établissements d’enseignement secondaire et d’enseignement supérieur pour enseigner les compétences en matière d’innovation ? Dans le cadre de sa présentation fondée sur ses derniers ouvrages, respectivement intitulés Creating Innovators: The Making of Young People Who Will Change The World et Most Likely To Succeed: Preparing Our Kids for The Innovation Era, Tony Wagner traite de questions qui revêtent une importance cruciale pour l’avenir.

Biographie du conférencier :

Tony Wagner est actuellement expert en résidence au sein du nouvel Innovation Lab de l’Université Harvard. Il est également agrégé supérieur de recherche au Learning Policy Institute, fondé par Linda Darling Hammond en 2015. Auparavant, M. Wagner a été le tout premier agrégé en innovation pédagogique au Technology and Entrepreneurship Center at Harvard. Il a aussi fondé le Change Leadership Group de la Harvard Graduate School of Education, qu’il a codirigé pendant plus de dix ans. Par le passé, M. Wagner a travaillé pendant douze ans en tant qu’enseignant du secondaire, directeur de section de la maternelle au premier cycle secondaire, professeur d’université en formation des enseignants et directeur exécutif fondateur de l’organisation Educators for Social Responsibility.

Tony Wagner intervient fréquemment dans le cadre de conférences nationales et internationales et est l’auteur de nombreuses publications. Il a notamment rédigé six ouvrages ainsi qu’un grand nombre d’articles. Son dernier ouvrage, intitulé Most Likely To Succeed: Preparing Our Kids for The Innovation Era, rédigé en collaboration avec Ted Dintersmith, vient d’être publié chez Scribner. Son livre Creating Innovators: The Making of Young People Who Will Change The World, a été publié chez Scribner en 2012. Il a reçu d’excellentes critiques et a été traduit en 12 langues. Un autre de ses ouvrages, The Global Achievement Gap, publié en 2008, est toujours un best-seller international et vient de faire l’objet d’une deuxième édition.

Tony Wagner a récemment exercé le rôle de conseiller stratégique en éducation dans le cadre d’un nouveau documentaire majeur consacré à l’éducation, intitulé Most likely to succeed, qui a été présenté en première mondiale à l’occasion du Sundance Film Festival en 2015. Il a également collaboré avec le célèbre réalisateur Robert Compton dans le cadre de la réalisation d’un documentaire de 60 minutes, The Finland Phenomenon: Inside The World’s Most Surprising School System, en 2010. Tony Wagner est titulaire d’une maîtrise en éducation et d’un doctorat qu’il a obtenus à la Harvard University Graduate School of Education.

 

Patrick Awuah (Ghana)

Former des dirigeants en Afrique

Patrick Awah

Session plénière de l’après-midi, 27 octobre 2017

Présentation :

La question de la transformation en Afrique est une question de direction. Seuls des Africains éclairés et respectueux de l’éthique peuvent résoudre les problèmes qu’affronte l’Afrique. La façon dont nous éduquons nos citoyens est étroitement liée à la façon dont nous formons de tels dirigeants.

Je partagerai avec vous mon parcours d’exploration de la direction : j’ai quitté la haute technologie aux États-Unis pour retourner au Ghana afin de contribuer à l’enseignement supérieur, en particulier l’éducation de dirigeants dynamiques et soucieux de l’éthique, qui amorceront une renaissance en Afrique.

L’Ashesi University College cherche à éclairer les jeunes et à leur permettre de développer les compétences nécessaires pour influencer la vie des autres et des générations à venir en s’intéressant aux solutions des principaux problèmes de notre continent. Même si elle peut s’inspirer d’autres exemples dans le monde, l’Afrique affronte des défis qui lui sont uniques. La compréhension de cette réalité nous a aidés à concevoir une expérience éducative significative et pertinente pour nos élèves.

Biographie du conférencier :

Patrick Awuah est fondateur et président de l’Université Ashesi, une institution privée à but non lucratif qui s’est rapidement hissée au rang des institutions d’enseignement universitaire les plus réputées du Ghana. M. Awuah a quitté le Ghana en 1985 lorsqu’il s’est vu proposer une bourse d’études partielle par le Swarthmore College. En 2001, il est retourné vivre au Ghana après avoir passé presque 20 ans aux États-Unis.
Avant de fonder l’Université Ashesi, Patrick Awuah a travaillé en tant que gestionnaire de programme chez Microsoft où il a, entre autres, piloté le développement des technologies de travail fonctionnant via Internet commuté et s’est démarqué par sa capacité à mener à bien des projets complexes.

Il est titulaire de diplômes universitaires de premier cycle en ingénierie et en économie obtenus au Swarthmore College, d’un MBA décerné par la Haas School of Business de l’Université de Californie à Berkeley ainsi que de doctorats honorifiques délivrés par le Swarthmore College et le Babson College.

En reconnaissance des services rendus au Ghana, M. Awuah s’est vu décerner le titre de membre de l’Ordre de la Volta par Son Excellence le Président J. A. Kufuor en juillet 2007. L’Ordre de la Volta est l’une des plus hautes distinctions au Ghana, accordée aux personnalités qui incarnent l’idéal du service rendu à la nation.

M. Awuah a reçu de nombreuses récompenses internationales, notamment la bourse MacArthur et le prix McNulty. En 2015, il a figuré au classement des 50 plus grands dirigeants mondiaux établi par le magazine Fortune. Il a également été cité à deux reprises comme l’un des dix PDG les plus respectés du Ghana dans une enquête de PricewaterhouseCoopers consacrée aux présidents-directeurs généraux ghanéens. En décembre 2015, M. Awuah a été nommé « Genius Fellow » par l’Africa Leadership Initiative – West Africa (ALIWA), un titre décerné à seulement 20 personnes dans le monde.

Il est membre de l’Africa Leadership Initiative de l’Aspen Global Leadership Network, du Conseil des relations étrangères ghanéen et de la Tau Beta Pi, une société honorifique vouée à l’excellence en ingénierie.

 

Mary Helen Immordino-Yang (États-Unis)

Mary Helen Immordino-Yang

Cerveaux incarnés, esprits sociaux, signification culturelle : pourquoi les émotions sont fondamentales pour l’apprentissage

Session plénière du matin, 28 octobre 2017

Présentation :
Les émotions sociales comme l’admiration et la compassion façonnent notre façon de penser et d’agir, la personne que nous devenons ainsi que notre expérience de vie. Les études consacrées aux fondements neurobiologiques de ces émotions révèlent également d’importantes perspectives sur la nature de l’apprentissage en profondeur et sur la manière dont l’expérience sociale forge le développement intellectuel. Mary Helen Immordino-Yang présentera ses recherches en neurobiologie et en psychologie des sentiments émotionnels, y compris leurs racines fondamentalement ancrées dans l’affect et la régulation du corps et de la conscience, leur propension à augmenter la perception subjective de la conscience de soi et du but chez l’individu, ainsi que leurs liens avec la mémoire, l’apprentissage culturel et le développement des centres d’intérêt et de l’expertise. Ses recherches mettent en exergue l’interdépendance fondamentale des émotions et de la cognition, de même que la nécessité de comprendre l’humanité des élèves pour soutenir de manière optimale leur excellence sur le plan scolaire et leur productivité du point de vue de la citoyenneté.

Biographie de la conférencière :

Spécialiste des neurosciences socio-affectives et psychologue du développement humain, Mary Helen Immordino-Yang étudie les émotions sociales et la conscience de soi à travers les cultures, les liens avec la cognition, la résilience et le développement moral, ainsi que leurs implications pour les établissements scolaires. Elle est professeure agrégée en éducation, psychologie et neurosciences à l’Université de Californie du Sud. Titulaire d’un doctorat de l’Université Harvard, elle a commencé sa carrière en tant qu’enseignante de sciences dans un établissement public de premier cycle secondaire. Mme Immordino-Yang est membre du comité de rédaction de l’étude How People Learn II de l’Académie nationale des sciences américaine. Cette scientifique émérite est également membre de la National Commission on Social, Emotional and Academic Development de l’Institut Aspen. Elle a reçu de nombreuses récompenses pour ses recherches et la contribution qu’elle a apportée à la société. Première lauréate du prix « Transforming Education through Neuroscience » décerné par l’International Mind, Brain and Education Society (IMBES), elle a présidé l’IMBES de 2016 à 2018. Son ouvrage paru en 2015, Emotions, learning and the brain: Exploring the educational implications of affective neuroscience, est publié aux éditions W. W. Norton (les bénéfices des ventes réalisées par l’auteure sont reversés pour soutenir l’enseignement).

 

Ewan McIntosh (Écosse)

Le rôle essentiel de l’école pour changer le monde

Ewan McIntosh

Session plénière de clôture, 28 octobre 2017

Présentation :
Le monde a besoin de jeunes qui ne se contenteront pas de suivre les règles. En effet, cela ne suffit plus pour créer les produits et les services qui nous sont nécessaires, ou pour identifier et affronter les plus grands défis auxquels notre planète doit faire face. Et pourtant, la plupart des valeurs et des systèmes adoptés dans nos établissements présentent eux-mêmes des obstacles. Il y est demandé aux élèves de suivre des règles et de satisfaire à des critères prédéfinis.  Et s’il était question non pas de remplir les critères, mais de les dépasser ? Et si l’école avait pour rôle d’aider les élèves à comprendre quand briser les règles au lieu de les suivre aveuglément ? Ewan McIntosh partagera les résultats du travail qu’il a réalisé avec des entreprises innovatrices spécialisées dans la création et dans l’ingénierie ainsi que des établissements scolaires de premier choix. Il montrera comment l’école ne doit pas se contenter de préparer les élèves à un monde imprévisible, mais doit les placer au cœur des changements.

Biographie du conférencier :

Officiant en tant que chargé de projets auprès de clients internationaux issus du monde de l’éducation et de l’industrie, Ewan McIntosh est l’élan passionné et enthousiaste qui a donné vie à NoTosh. Conférencier de renom intervenant dans des événements organisés à travers le monde, il est également l’auteur de l’ouvrage How To Come Up With Great Ideas and Actually Make Them Happen et écrit régulièrement des articles consacrés à l’enseignement sur son blog edu.blogs.com. NoTosh est une société de conseil internationale qui repose sur une passion pour l’apprentissage et sur la conviction selon laquelle l’innovation et la créativité peuvent changer la façon de penser des individus, mais également leur manière d’apprendre et de travailler, à titre individuel mais aussi au sein d’équipes, d’organisations et de communautés. « Dans les années 1990, à l’époque où j’enseignais le français et l’allemand au sein d’un établissement d’enseignement secondaire en Écosse, je recherchais de nouvelles façons d’aider les élèves à s’intéresser à mes matières. J’étais convaincu que la technologie revêtait une importance capitale dans cette démarche mais aussi qu’elle n’était pas suffisamment exploitée en classe. Mes élèves ont donc été parmi les premiers d’Europe à utiliser les balados et les blogs dans le cadre de leur apprentissage quotidien. C’est donc tout à fait logiquement que je suis devenu conseiller national sur l’apprentissage et les nouvelles technologies auprès du gouvernement écossais, même si le poste de commissaire chargé de la stratégie numérique auquel j’ai été nommé à Channel 4 en 2008 m’a mené dans une direction différente. Et pourtant, c’est à Channel 4 que je me suis découvert une passion pour les stratégies et les tactiques mises en œuvre par mes collègues créatifs pour créer des services numériques ingénieux et réellement intéressants pour les jeunes. Pouvais-je exploiter cette nouvelle perspective et la transposer dans un environnement éducatif ? Oui, j’ai pensé que c’était possible... et c’est ainsi que NoTosh a vu le jour. »